Digitalisation des médias : la réalité virtuelle a-t-elle un avenir ?

Le New York Times distribue des casques de réalité virtuelle à ses abonnés, ABC propose des reportages à 360º sur des parades militaires nord-coréennes, le Los Angeles Times nous offre une visite plus vraie que nature d’un cratère sur Mars. Depuis quelques mois, les grands journaux américains affichent leur engouement pour ce nouveau type de journalisme qui propose au spectateur une expérience en immersion totale. Mode ou tendance durable ?

La réalité virtuelle, une tendance lourde de 2016

Qui n’a jamais eu envie d’essayer l’Oculus Rift, bientôt commercialisé en version finale, aux Etats-Unis, pour quelques centaines de dollars ? Porté par le secteur des jeux vidéo, le marché du casque, qui transforme votre smartphone en « sas » vers un autre monde, atteint d’ores et déjà 700 millions de dollars cumulés sur plusieurs années. Et cette tendance devrait s’affirmer et dépasser le cadre des jeunes gamers. Selon SuperData Research, 200 millions de familles seront équipées d’un casque en 2020 dont l’usage ne sera plus qu’à 75% récréatif.

Du côté des financeurs, les intérêts convergent, naturellement : les investissements dans les technologies liées à la réalité virtuelle ne se sont jamais aussi bien portés, augmentant de 27% en 2015 pour atteindre 620 millions de dollars. Ils devraient poursuivre cette croissance en 2016. La réalité virtuelle couvre un grand nombre de domaines. Le rapport de la Knight Foundation, qui fait référence en la matière, estime que 54,5% des investissements est utile, directement ou indirectement, au développement de ce nouveau type de reportages à 360º.

Le secteur des médias, outre-Atlantique, voit dans cet essor une opportunité à saisir et le vecteur d’un nouveau type de journalisme prometteur, celui des reportages en réalité virtuelle. En 2015, 12 groupes de médias ont produit 60 projets de journalisme « en immersion ». Le New York Times, toujours prompt à réinventer son modèle économique et très en phase avec l’innovation, s’est lancé dans la compétition en proposant à ses abonnés des casques gratuits et un portail dédié qui propose d’ores et déjà des reportages et annonce la couverture des JO de Rio 2016. Le Wall Street Journal, lui, nous embarque dans un grand huit où l’on parcourt la courbe du Nasdaq avec ses hauts et ses bas. D’autres médias spécialisés ont vu le jour pour proposer uniquement des reportages à 360º.  C’est le cas de NextVR qui se présente comme le futur Netflix de la réalité virtuelle. Sa force ? Pouvoir placer des caméras de VR de façon stratégique lors d’événements sportifs, avec la NBA notamment, pour que le spectateur puisse suivre l’action mais aussi se retourner de son propre gré pour voir les réactions de l’entraîneur et les joueurs hors-champ. Ce petit groupe de médias a déjà passé des accords de partenariat avec des chaînes de médias majeures, comme Fox Sports.

Une innovation qui suscite le doute

Y aurait-il un avant et un après de la VR ? Pourquoi parle-t-on d’une révolution des médias ? Principalement parce que le journalisme d’immersion rompt avec les codes traditionnels du reportage, et cela à plusieurs niveaux. Le spectateur devenant l’acteur du documentaire, ou, du moins, ayant le choix de s’y promener à sa guise, en deviendrait-il aussi le narrateur ? Le regard du journaliste s’effacerait-il au profit de la réalité objective ? « Ce nouveau type de documentaire nous fait assister à une nouvelle façon de raconter les événements, explique Cécile Juan, réalisatrice de documentaires. Le journalisme en réalité virtuelle fait croire qu’on assiste à un spectacle objectif. Or, cela reste une illusion : comme dans un reportage classique, le choix du sujet et de la position de la caméra est, en soi, déjà une prise de parti».

Certains évoquent aussi des risques d’une telle technologie sur les spectateurs. Par ce nouveau type de journalisme, on dévoile une réalité parfois très brutale au spectateur… sans pour autant lui donner de vraies clés de compréhension via une voix off ou une narration linéaire qui introduirait le fond. De la rencontre de réfugiés syriens  aux attaques terroristes de Paris en passant par une vidéo sur Tchernobyl, on est plus « parachutés » qu’embarqués avec un journaliste… et ce, au sein d’environnements souvent violents. Des questions éthiques non encore résolues font surface au sein des milieux journalistiques : faut-il créer une charte d’avertissement pour les publics sensibles (enfants, vétérans de guerre, …) ? Comment préserver l’anonymat des passants, de sources journalistiques, de certains lieux ?

La réalité virtuelle et les communicants

Comme le note le rapport de la Knight Foundation, le marché de la publicité dans le domaine de la réalité virtuelle est encore en friches. Ceux qui s’y sont aventurés sont encore peu nombreux et n’avaient pour ambition que de réaliser des tests grandeur nature, sans stratégie de communication de fond. Jessica Yu, du Wall Street journal affirme : « La monétisation du secteur fait débat mais, en tant qu’entreprise, nous ne sommes encore qu’aux prémices de ce que pourrait être la publicité ou communication de marque dans le domaine de la réalité virtuelle ». Placements de produits astucieux, publicités filmées à 360º en guise d’ouverture ou insertion de liens vers les sites des marques, les possibilités restent encore très ouvertes… Mais les recettes publicitaires vont vite devenir indispensables pour financer des reportages très onéreux, évalués à 15 000 dollars pour 4 minutes !

Vecteur de nouvelles formes de journalismes –et de communication- innovants mais toujours en devenir, la réalité virtuelle cherche encore ses marques malgré l’enthousiasme qu’elle suscite. Avec les limites qui lui sont inhérentes, cette tendance ne peut prétendre être LA planche de salut du journalisme et des médias. Il faut surtout y voir une nouvelle approche de l’information, « brute » mais complémentaire des médias traditionnels, que sont le texte, la vidéo et l’image.

Pour se familiariser avec cette technologie, voici quelques liens utiles :

Anna Casal – @ci_anna